Grumman Avenger au service américain

Grumman Avenger au service américain

Grumman Avenger au service américain

Marine américaine dans le Pacifique
méditerranéen
Transporteurs d'escorte - Lutte anti-sous-marine
Combattant de la nuit
Bombardier de nuit
Corps des Marines des États-Unis
Transporteurs du Corps des Marines
Conclusion

Le Grumman TBF/TBM Avenger était le seul bombardier torpilleur utilisé par l'US Navy de l'été 1942 jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, bien qu'il ait servi plus souvent de bombardier de niveau conventionnel que de bombardier torpilleur. Il a été utilisé par les principaux porte-avions de la flotte, les porte-avions d'escorte dans l'Atlantique et le Pacifique et par l'US Marine Corps.

Marine américaine dans le Pacifique

Les premiers avions de production ont été affectés au VT-8, l'escadron de torpilles servant à bord de l'USS frelon (CV-8). L'avion est arrivé trop tard pour rejoindre l'escadron avant le frelon sont partis pour le Pacifique et, après avoir travaillé, ils ont effectué un vol épique à travers le Pacifique pour tenter de rattraper leur porte-avions, atteignant l'île Midway juste avant la bataille. Les débuts au combat de l'Avenger ont eu lieu pendant la bataille de Midway et ont été assez désastreux. Les six appareils partent à l'attaque de la flotte japonaise, mais cinq sont abattus. L'avion survivant est revenu à Midway en boitant avec une roue et les portes de la soute à torpilles ouvertes, des commandes très limitées, le mitrailleur mort et le troisième membre d'équipage blessé. Aucune de leurs torpilles n'a touché une cible. Heureusement, ce désastre initial n'a pas été causé par un défaut de l'avion, mais par son utilisation en petit nombre contre la flotte japonaise bien défendue.

L'Avenger est très vite devenu le seul bombardier torpilleur en service aux États-Unis. La vitesse de ce changement n'était pas entièrement intentionnelle, mais les batailles de la mer de Corail et de Midway avaient coûté à l'US Navy la plupart de ses Devastators TBD-1 opérationnels. Un escadron a été perdu avec l'USS Lexington à la mer de Corail. VT-3, VT-6 et VT-8 ont tous pris part à la bataille de Midway, mettant fin au combat avec seulement quatre avions opérationnels entre eux. Cela n'a laissé que onze TBD-1 dans le Pacifique et huit dans l'Atlantique.

Les unités dévastées ont été réformées aux États-Unis et ont été équipées de nouveaux TBF-1 Avengers. En août, deux mois seulement après Midway, chaque escadron de torpilles embarqué sur un porte-avions américain dans le Pacifique était équipé du nouvel avion.

Les nouvelles unités participent au débarquement à Guadalcanal le 7 août. VT-3 activé Entreprise, VT-7 allumé Guêpe et VT-8 sur Saratoga ont été utilisés pour soutenir les atterrissages, bien qu'ici, ils aient agi comme des bombardiers de niveau conventionnels plutôt que des bombardiers torpilleurs, ce qui est vraiment un signe des choses à venir.

L'Avenger a finalement été utilisé dans son rôle prévu, en tant que bombardier-torpilleur embarqué, pendant la bataille des Salomon orientales (24-25 août 1942). Cela a vu VT-3 sur Entreprise et le Frelon Vol de torpilles, opérant à partir de Saratoga, s'affrontent avec trois porte-avions japonais faisant partie d'une force menaçant les lignes de communication avec les Marines à Guadalcanal. Même ici, l'utilisation initiale de l'Avenger était un avion de reconnaissance, transportant deux bombes de 500 livres. Le 24 août, deux avions du VT-3 trouvèrent le porte-avions léger japonais Ryûjo, et a fait un attentat à la bombe sur elle. Les quatre bombes ont raté.

Une fois que la nouvelle de cette observation a atteint la flotte américaine, une force de frappe de 28 bombardiers en piqué SBD Dauntless et de huit TBF-1 Avengers a été lancée depuis Saratoga. Sept Avengers ont atteint leurs cibles et cinq ont attaqué le porte-avions. Parmi ceux-ci, un a marqué un coup sûr, tandis que deux autres étaient possibles. Le porte-avions japonais a également été touché par un certain nombre de bombes et a coulé. Au cours de la bataille, trois Avengers ont été perdus à cause de l'action ennemie, deux ont manqué de carburant et deux ont été largués après avoir subi de lourds dommages.

Après la bataille, le VT-3 a signalé que son nouvel avion était un grand succès et qu'il avait « de nombreuses possibilités en tant qu'avion de combat, avion de patrouille aérienne intérieur et intermédiaire et en tant que bombardier planeur », bien que davantage de canons aient été demandés et apparaîtraient avec le TBF-1C/TMB-1C.

Vingt-neuf Avengers étaient disponibles lors de la bataille des îles Santa Cruz (26-27 octobre 1942), à partir de VT-6 sur frelon et VT-10 sur Entreprise. Les Entreprise's Les Avengers se sont impliqués dans une bataille de rencontre avec une force de frappe de porte-avions japonais et ont subi de lourdes pertes avant de lancer une attaque infructueuse sur leurs cibles. Frelon Les Vengeurs ont attaqué le Ton, mais n'a également pas réussi à marquer des coups sûrs. Leur voyage de retour a été difficile - six ont été forcés d'abandonner lorsqu'ils ont manqué de carburant, et un autre a été abattu par des combattants japonais de retour. Le pire était à venir - le frelon a été touché par des bombardiers en piqué D3A 'Val' et des bombardiers-torpilleurs B5N 'Kate', et a été coulé, tandis que le Entreprise a également été endommagé.

199 Avengers sur cinq porte-avions d'attaque, cinq porte-avions légers et huit porte-avions d'escorte participèrent aux invasions de Makin et Tarawa entre le 10 novembre et le 10 décembre 1943.

Une force encore plus importante de 247 Avengers sur six porte-avions d'attaque, six porte-avions légers et huit porte-avions d'escorte a aidé à soutenir les attaques contre Majuro, Kwajalein et Eniwetok dans les îles Marshall entre le 29 janvier et le 23 février 1944.

L'ampleur de l'effort de guerre américain est devenue évidente lors de la bataille de la mer des Philippines du 19 au 24 juin 1944. Deux ans plus tôt, lors des dernières grandes batailles de porte-avions, les Américains avaient pu déployer trois porte-avions. Le 13 juin 1944, le vice-amiral Marc Mitscher disposait de quinze porte-avions avec 900 appareils, dont sept porte-avions et sept porte-avions légers transportant des Avengers, pour un total de 185 appareils opérationnels. Le Task Group 52, avec huit porte-avions d'escorte, transportait 83 autres Avengers. La bataille a été déclenchée par l'invasion américaine de Saipan et a vu neuf porte-avions japonais attaquer la flotte. Les Avengers n'ont joué aucun rôle dans le célèbre "Marianas Turkey Shoot" du 19 juin. Deux porte-avions japonais ont été coulés par des sous-marins, laissant sept intacts pour tenter de s'échapper vers l'ouest, bien que leurs précieux groupes aériens soient détruits.

Le 20 juin, la flotte américaine consacre tous ses efforts à retrouver la flotte de l'amiral Ozawa. Finalement, en fin de journée, la flotte japonaise a été retrouvée et 54 Avengers ainsi que 162 F6F Hellcats, SB2C Helldivers et SBD Dauntlesses, ont été envoyés pour les attaquer. Une féroce bataille aérienne s'est développée au-dessus des porte-avions japonais, mais les défenseurs ont été débordés.

Malgré la taille de la force d'attaque américaine, les résultats de l'attaque ont été décevants. Les Avengers du VT-24 ont réussi à couler le porte-avions Salut avec des torpilles, mais la plupart étaient armés de bombes de 500 livres, et bien que les transporteurs Chiyoda et Zuikaku ont été endommagés, ils ont réussi à s'échapper.

Ce n'était qu'un répit temporaire pour les Japonais. Après quelques opérations préparatoires, les Américains retournèrent aux Philippines et débarquèrent à Leyte. La Task Force 38 avait neuf attaques et huit porte-avions légers, avec 236 Avengers, bien que l'USS Princeton a été perdu au début de l'opération. Ces Avengers ont été utilisés pour lancer une série d'attaques sur Okinawa et Formose du 10 au 16 octobre 1944, avant de passer à l'attaque des positions japonaises aux Philippines les 18 et 19 octobre.

Les Japonais considéraient cette attaque comme leur dernière chance de forcer la bataille décisive de la flotte qu'ils cherchaient depuis Midway. Leur plan impliquait des flottes partant de Singapour et du Japon, la force de transport autrefois puissante étant rétrogradée au rôle de leurre. C'était la force principale de l'amiral Ozawa, naviguant du Japon avec les porte-avions Chitose, Chiyoda, Zuikaku et Zuiho, mais seulement 100 avions. Les vrais dégâts devaient être causés par la première force de frappe de l'amiral Kurita, qui contenait sept cuirassés, dont le Musashi et Yamato, les deux plus gros cuirassés jamais construits.

Le plan japonais a été un succès partiel. Le 24 octobre, les Américains découvrent la flotte de Kurita et la matraquent. Six transporteurs ont été impliqués dans les attaques. Les Musashi a été touché par dix-neuf torpilles des Avengers, et à 19h35, il a coulé. L'amiral Kurita décida de retarder son attaque jusqu'à la nuit du 24 au 25 octobre et se retira temporairement. Ce mouvement a été découvert par les Américains et a aidé à convaincre l'amiral Halsey que cette menace avait été traitée.

A 15h40, la force de transport japonaise a été trouvée par des avions de reconnaissance américains. Les Japonais avaient montré une capacité très impressionnante à remplacer les avions perdus dans le passé et Halsey n'avait aucun moyen de savoir que les porte-avions ne représentaient aucune menace réelle. La Force opérationnelle 38, avec les porte-avions et les porte-avions légers, s'est déplacée vers le nord pour faire face à cette menace potentiellement très grave.

Les Avengers de la TF 38 ont joué un rôle majeur dans les quatre principales attaques lancées le 25 octobre, coulant ou aidant à couler les quatre porte-avions japonais. Les Chitose a été coulé lors de la première attaque. Les Chiyoda a été tellement touché et endommagé lors de la deuxième attaque qu'il a été abandonné. Les Zuikaku, le dernier porte-avions survivant de la force qui avait attaqué Pearl Harbor, fut endommagé lors de la première attaque et coulé par trois torpilles des Avengers du VT-19 lors de la troisième attaque. Les Zuiho a également été endommagé lors de la première attaque et coulé lors de la troisième.

En théorie, les dix-huit porte-avions du Groupe de travail 77 transportaient une force puissante de 187 Avengers et 292 chasseurs - le fait que les Avengers opéraient à partir de porte-avions d'escorte plutôt que de porte-avions n'avait aucun impact sur leurs performances. Cependant, les porte-avions d'escorte disposaient d'un espace de stockage limité pour les munitions, et ils transportaient des bombes et des roquettes normales, destinées à soutenir les troupes sur Leyte, plutôt que les torpilles et les bombes perforantes dont ils avaient besoin contre les cuirassés et les croiseurs japonais.

Kurita ne s'attendait pas à trouver des porte-avions au large de Leyte, mais tôt le matin du 25 octobre, sa flotte tomba sur les six porte-avions d'escorte de l'unité opérationnelle 77.4.3 de l'amiral Sprague. La seule option de Sprague était de se diriger vers le sud en direction des deux autres groupes d'escorte, tout en lançant tous les avions dont il disposait pour tenter de distraire les Japonais. Beaucoup de ses Avengers ont été lancés sans bombes ni torpilles chargées, mais ils ont réussi à convaincre Kurita qu'il faisait face à une force beaucoup plus puissante qu'il ne l'était en réalité. L'avion de 'Taffy Three', combiné à d'autres de 'Taffy Two' alors que cette deuxième unité opérationnelle arrivait à portée et avec les attaques déterminées de l'écran de destroyer de Sprague, a finalement convaincu Kurita d'abandonner l'attaque. Même ainsi, deux transporteurs avaient été perdus - le Baie des Gambier aux coups de feu et le Saint-Lô par un kamikaze, et trois destroyers avaient été coulés. Trois des croiseurs légers japonais avaient été si gravement endommagés par les bombes des Avengers qu'ils ont dû être abandonnés, bien que quarante-deux Avengers aient été perdus.

La prochaine cible américaine était Iwo Jima. Immédiatement avant l'invasion de cette île, la Task Force 38, avec quatorze porte-avions rapides et 201 Avengers (y compris de nouveaux TBM-3 dans cinq escadrons), s'embarqua pour le Japon, lançant une série de raids autour de Tokyo les 16 et 17 février 1945. Les mêmes porte-avions a ensuite pris part à l'invasion d'Iwo Jima, attaquant les positions japonaises sur l'île.

La Force opérationnelle 58 a également participé à l'invasion d'Okinawa et à une bataille finale avec un élément majeur de la flotte de surface japonaise. C'était le cuirassé géant Yamato, qui a été envoyé vers Okinawa le 7 avril dans le cadre d'une mission suicide. Elle n'a jamais atteint sa destination. Au lieu de cela, 300 avions de la Force opérationnelle 58 l'ont attaquée alors qu'elle était encore à plus de 200 milles de distance, marquant 18 coups de torpille sur le cuirassé. Bien que le Yamato était encore à flot lorsque les attaques ont pris fin, il a été mortellement blessé et a chaviré et a explosé.

Vers la fin de la guerre, les Avengers de la Task Force 38 (sous Halsey) ont pris part à une série de frappes aériennes sur les îles japonaises qui ont duré du 10 juillet jusqu'à la fin de la guerre.

Vers la fin de la guerre, l'Avenger est devenu de plus en plus superflu. Les chasseurs-bombardiers monoplaces, en particulier le Hellcat et le Corsair, étaient capables de transporter la même charge utile de bombes ou de roquettes standard à des vitesses plus élevées, bien que sur des distances plus courtes, que l'Avenger, tandis que le nombre décroissant de navires japonais trouvés en mer réduisait la nécessité d'un bombardier-torpilleur. En effet, l'Avenger passa beaucoup plus de temps à opérer en tant que bombardier de niveau qu'en tant que bombardier torpilleur, du moins en partie à cause de graves problèmes avec la principale torpille américaine. Le Helldiver commença à le remplacer dans certains escadrons VT et VA, et après la fin de la guerre, il fut rapidement abandonné en tant qu'avion d'attaque, au profit d'une nouvelle génération d'avions d'attaque navals monoplaces.

Cela n'a pas mis fin à la carrière active de l'Avenger. Sa grande soute à bombes s'est avérée idéale pour la conversion à un large éventail de rôles alternatifs et de versions de l'Avenger ont servi à la fois de chasseur et de tueur dans la guerre anti-sous-marine (-3W et -3S) et d'avion de transport conçu pour transporter ravitaillement et personnel sur porte-avions en mer (-3R) entre autres.

méditerranéen

Vingt-sept TBF-1 ont pris part à l'opération Torch, opérant avec VGS-26 (USS Sangaman), VGS-27 (USS Sawannee) et VGS-29 (USS Santé). De nombreux équipages étaient très inexpérimentés et les escadrons ont subi de lourdes pertes, mais ils ont aidé à réduire au silence plusieurs batteries d'artillerie lourde et trois avions du VGS-27 sont devenus les premiers Avengers à couler un sous-marin lorsqu'ils ont détruit un sous-marin français de Vichy.

Transporteurs d'escorte - Lutte anti-sous-marine

L'Avenger a été largement utilisé par les porte-avions d'escorte américains pendant la bataille de l'Atlantique (et brièvement par les Britanniques, bien que le Swordfish soit resté l'avion de choix sur les plus petits porte-avions).

Le premier transporteur d'escorte américain à entrer dans la mêlée était l'USS Bogue, qui formait la pièce maîtresse d'un groupe d'escorte composé d'anciens destroyers de la Première Guerre mondiale. Les Bogue reçu Composite Air Wing Nine (VC-9) avec douze Wildcats et huit TBF-1 Avengers, armés de bombes et de bombes de profondeur. Il entre en service en mars 1943, et escorte trois convois en mars et avril, sans succès. Cependant, cette première expérience a donné au nouveau groupe une expérience précieuse. On s'est rendu compte qu'il fallait plus d'Avengers, et le nombre d'avions a été changé en neuf Wildcats et douze Avengers. Un modèle de recherche plus actif a été développé, couvrant la zone à l'avant et sur les côtés du convoi pour tenter de trouver des sous-marins à l'approche d'un convoi.

La nouvelle tactique a porté ses fruits en mai 1943, lorsque le Bogue a été escorté par le convoi ON-184 en partance du Royaume-Uni vers les États-Unis. Le 21 mai, l'U-231 a été attaqué et a été contraint de retourner à la base pour des réparations. Le lendemain, quatre sous-marins ont été attaqués. Le troisième, l'U-305, a également été forcé de rentrer chez lui pour des réparations, et le quatrième, l'U-569, a été sabordé après deux attaques dommageables. Deux autres naufrages ont suivi en juin, et à la fin de la guerre, le VC-9 avait huit tués confirmés sur les trente réalisés par les ailes aériennes composites, ce qui en fait le plus réussi d'entre eux.

En juillet, le VC-9 a fait plus de victimes, tandis que le VC-13 sur l'USS Coeur et VC-29 sur USS Santé ont remporté leurs premières victoires. Six sous-marins ont été coulés et l'entrefer a commencé à se fermer. Le mois a également vu la première utilisation de la torpille Mk 24 Fido, lorsque, le 14 juillet, un U-160 a coulé après s'être dirigé vers ses moteurs.

La majorité des meurtres de sous-marins Avenger ont eu lieu en 1943. Seuls neuf ont été tués en 1944, se terminant par la destruction du U-1229 par l'USS Bogue. L'année a également vu le seul porte-avions américain coulé lors de la bataille de l'Atlantique, lorsque, le 29 mai, le Île Block a été coulé par le U-549.

La chute des victoires en 1944 marqua en fait la victoire des Alliés dans l'Atlantique. Les meutes de loups avaient été retirées par Donitz, et les cibles n'étaient tout simplement plus là. En 1944, avec l'aide des Avengers, la menace des sous-marins est devenue plus gênante.

Les porte-avions d'escorte transportant des Avengers ont également joué un rôle dans la guerre anti-sous-marine dans le Pacifique, la plupart des actions ayant eu lieu en 1945. Les Japonais ont utilisé leurs sous-marins d'une manière différente des Allemands, en se concentrant sur les attaques contre les navires de guerre américains, donc la plupart des six des sous-marins de flotte coulés par des porte-avions d'escorte dans le Pacifique ont été coulés lors des grandes batailles - dans la mer des Philippines, à Iwo Jima et à Okinawa.

Combattant de la nuit

Bien que l'Avenger n'ait pas été utilisé comme un chasseur de nuit à part entière, il a été utilisé pour contrôler des chasseurs plus appropriés dans l'obscurité. La théorie était qu'un Avenger équipé d'un radar fonctionnerait avec deux Hellcats F6F. L'opérateur radar de l'Avenger guiderait les Hellcats vers leurs cibles, et ils termineraient l'interception.

Le premier test de cette idée fut assez catastrophique. Il s'agissait d'Edward 'Butch' O'Hare, déjà un célèbre as de la chasse. En novembre 1943, il était sur le Entrepriselors d'opérations dans les îles Gilbert. Le porte-avions était attaqué la nuit par le G4M « Bettys », et ainsi, le 26 novembre, O'Hare, son Wingman et un Avenger ont pris l'air. Les deux premières interceptions ont démontré un problème avec le concept - il s'est avéré plus facile pour l'Avenger équipé d'un radar d'abattre les G4M que de placer les chasseurs au bon endroit. Le troisième combat a mis en évidence un deuxième problème, un peu plus dangereux : il n'était pas toujours possible de savoir sur qui on tirait. Alors que les Hellcats retournaient à l'Avenger, prêts à intercepter une nouvelle vague d'attaques, une fusillade éclata entre l'Avenger et une Betty. O'Hare a été pris entre deux feux, probablement touché par des balles japonaises et tué.

Bombardier de nuit

L'Avenger a eu plus de succès en tant que bombardier de nuit. Le concept a été développé par William I Martin, le commandant du VT-10 sur le Entrepriseaprès son radoub en 1943. Le radar aéroporté existant dans l'Avenger pourrait détecter des navires jusqu'à 50 milles marins, suffisamment loin pour être utile. Au début de 1944, Martin était prêt à tester ses idées dans la pratique, bien qu'un coude cassé l'empêchât de participer lui-même au premier raid. Il s'agissait d'une attaque nocturne sur Truk menée par douze Avengers dans la nuit du 16 au 17 février 1944, chacun armé de quatre bombes de 500 livres. Treize navires japonais ont été coulés ou si gravement endommagés qu'ils ont dû être échoués

Trois transporteurs - Indépendance (CVL-22), Saratoga (CV-3) et Entreprise (CV-6) - exploités soit en tant que porte-avions de nuit dédiés, soit avec un escadron de nuit complet à bord. Les Indépendance fut le premier, remportant le VT(N)-41 en octobre 1944 avec le TBF/M-1D. Ceux-ci ont été remplacés par des TBM-3D en février 1945, mais peu de temps après, le porte-avions est revenu aux opérations de jour. Le VT(N)-41 a effectué une grande partie de ses vols de jour, mais a acquis une précieuse expérience des opérations de nuit.

Les Saratoga était le suivant à opérer la nuit, avec des escadrons dédiés de jour et de nuit lui permettant de fournir un soutien 24 heures sur 24 aux troupes sur Iwo Jima. VT(N)-53 a assuré la couverture de nuit, jusqu'au 21 février Saratoga a été très gravement endommagé par quatre avions kamikazes et a dû être retiré.

Les Entreprise est intervenu pour combler le vide, ramenant William Martin dans les opérations de nuit. Il commandait maintenant le VT(N)-90, qui s'était formé en août 1944 avec 27 Avengers de type 'D', modifiés pour les opérations de nuit. Les Entreprise avait également VF(N)-90, avec dix-neuf chasseurs de nuit F6F-5N et onze F6F-5 standard. Ensemble, les deux escadrons ont formé le Groupe aérien 90(N) sur le Entreprise en janvier 1945.

Dans la semaine d'après Saratoga a été endommagé le Entreprise fourni une couverture de nuit, volant un peu plus de la moitié de ses sorties après la tombée de la nuit. Les Entreprise a continué à opérer la nuit jusqu'à ce qu'il soit lui aussi gravement endommagé par une attaque kamikaze à la mi-avril et contraint de retourner aux États-Unis pour des réparations.

Un escadron de nuit de plus est entré en combat avant la fin de la guerre, le VT(N)-91 sur l'USS Bon Homme Richard, commençant en juin 1945 et restant en service jusqu'à la fin de la guerre.

Corps des Marines des États-Unis

L'Avenger a été utilisé par un certain nombre d'escadrons du Corps des Marines, à la fois sur terre et à partir d'un certain nombre de porte-avions dédiés. Au début, ces escadrons étaient désignés escadrons VMSB (Strike Bombers), mais ils ont rapidement été renommés escadrons VMTB (Torpedo Bombers). Le premier à entrer en combat fut le VMSB-131 qui atteignit Henderson Field avec ses TBF-1 juste à temps pour participer à la dernière grande offensive japonaise.

Les Marine Avengers ont remporté leur premier grand succès lors de la bataille navale de Guadalcanal à la mi-novembre 1942. À ce stade, le VMSB-131 opérait aux côtés du VT-10 (normalement basé sur le Entreprise) et VT-8. Le 13 novembre, les trois escadrons ont participé à une série d'attaques contre le cuirassé japonais Hiei, revendiquant dix torpilles sur vingt-six lancées et coulant le cuirassé. Un autre succès est survenu le lendemain lorsque les avions du VT-10 et du VMSB-131 ont coulé le croiseur Kinugasa. Il y avait de rares exemples de Marine Corps Avengers effectuant des attaques à la torpille - la plupart du temps, ils utilisaient des bombes et des roquettes pour soutenir les Marines ou des grenades sous-marines et des roquettes lors de patrouilles anti-sous-marines, et ils n'avaient peut-être pas du tout utilisé de torpilles après avoir quitté le Salomon. Îles.

Un an après les débuts du VMSB-131 à Guadalcanal, les VMTB-143, 232 et 233 ont participé aux combats de Bougainville, opérant depuis la piste d'atterrissage de Torokina. Les trois mêmes unités ont ensuite pris part à la série prolongée d'attaques contre les aérodromes et le port japonais de Rabaul, permettant à cette solide base japonaise d'être neutralisée et dépassée.

En juillet 1944, le VMTB-131 et le VMTB-242 prirent part aux combats dans les îles Mariannes, fournissant respectivement un soutien aérien à Guam et Tinian.

En août 1944, le VMTB-134 participa à l'invasion de Peleliu, opérant à partir d'aérodromes pratiquement en première ligne.

En mars 1945, le VMTB-242 était toujours basé sur Tinian, mais la guerre s'était déplacée vers Iwo Jima. L'escadron a décollé pour faire le voyage de 800 milles jusqu'à Iwo Jima, prévoyant d'atterrir sur l'île si une piste d'atterrissage avait été sécurisée ou sur un porte-avions à proximité sinon. Ils ont finalement pu atterrir sur l'île, fournissant un soutien aérien aux troupes au sol. À la fin de la campagne, ils ont effectué des patrouilles anti-sous-marines depuis l'île, puis sont retournés à Tinian, avant de finalement retourner aux États-Unis.

Les Marine Avengers ont également joué un rôle dans l'invasion d'Okinawa, où, à partir d'avril 1945, les VMTB-131 et VMTB-232 ont fourni un soutien aérien aux troupes du groupe et ont patrouillé les mers environnantes.

Transporteurs du Corps des Marines

Quatre porte-avions exploités avec des escadrons du Corps des Marines embarqués. USS Île Block transporté VMTB-233 pendant la bataille d'Okinawa et pour les attaques sur les îles Ryukyu. USS Île Gilbert possédait le VMTB-143 pendant la campagne d'Okinawa, puis participa à l'attaque de Balikpapan. USS Golfe de Vella avait VMTB-234, opérant dans le Pacifique central et attaquant Pagan et Rota. Enfin USS Cap Gloucester exploitait le VMTB-132 en mer de Chine orientale.

Quatre autres porte-avions habités par la Marine étaient prévus pour l'opération Olympic - l'invasion du Japon - mais la fin de la guerre signifiait qu'ils n'étaient pas nécessaires.

Conclusion

L'Avenger avait un palmarès très impressionnant pendant la Seconde Guerre mondiale. Le Japon a perdu 19 porte-avions après son entrée en service, et l'Avenger a contribué à douze d'entre eux. L'Avenger a également participé au naufrage de six des onze cuirassés et de dix-neuf des quarante et un croiseurs perdus par les Japonais, ainsi que de vingt-cinq destroyers. L'Avenger a également mené de nombreuses attaques contre des bases japonaises, des missions d'attaque au sol pour soutenir les troupes alliées et des patrouilles anti-sous-marines, tant dans le Pacifique que dans l'Atlantique.


Grumman TBF (& TMB) Avenger

Le Grumman TBF Avenger (appelé TBM pour les avions fabriqués par General Motors) était un bombardier lance-torpilles développé initialement pour la Marine et le Corps des Marines des États-Unis, et finalement utilisé par plusieurs services de l'aviation et de l'aéronavale dans le monde.

L'Avenger est entré en service aux États-Unis en 1942 et a été engagé pour la première fois lors de la bataille de Midway. Malgré la perte de cinq des six Avengers lors de ses débuts au combat, il a survécu en service pour devenir l'un des bombardiers-torpilleurs exceptionnels de la Seconde Guerre mondiale. Fortement modifié après la guerre, il est resté en usage jusque dans les années 1960.

Le premier bombardier torpilleur de Grumman était l'avion monomoteur le plus lourd de la Seconde Guerre mondiale, et seul le P-47 Thunderbolt de l'USAAF a failli l'égaler en poids maximum chargé parmi tous les chasseurs monomoteurs, n'étant que d'environ 400 lb (181 kg) plus léger que le TBF, à la fin de la Seconde Guerre mondiale. L'Avenger a été le premier modèle à comporter un nouveau mécanisme de pliage des ailes à "angle composé" créé par Grumman, destiné à maximiser l'espace de stockage sur un porte-avions, le F4F-4 et les modèles ultérieurs de Wildcat ont reçu une aile repliable similaire et le F6F Hellcat (tous deux conçus par Grumman) utilisait également ce mécanisme. Le moteur utilisé était le moteur radial à deux rangées Wright R-2600-20 Cyclone 14 (qui produisait 1 900 ch/1 417 kW). L'avion a pris 25 gallons d'huile et utilisé un gallon par minute au démarrage. [citation nécessaire]

Il y avait trois membres d'équipage : pilote, mitrailleur de tourelle et radioman/bombardier/mitrailleur ventral. Une mitrailleuse de calibre .30 était montée dans le nez, une mitrailleuse de calibre .50 (12,7 mm) était montée juste à côté de la tête du mitrailleur de la tourelle dans une tourelle électrique orientée vers l'arrière, et une seule mitrailleuse à main de calibre .30 monté ventralement (sous la queue), qui était utilisé pour se défendre contre les combattants ennemis attaquant par le bas et par l'arrière. Ce canon a été tiré par le radioman/bombardier alors qu'il se tenait debout et se penchait dans le ventre de la section de queue, bien qu'il s'asseyait généralement sur un banc pliant tourné vers l'avant pour faire fonctionner la radio et pour voir lors des bombardements. Les modèles ultérieurs du TBF/TBM ont renoncé au canon monté sur le nez pour un canon de calibre .50 dans chaque aile selon les demandes des pilotes pour une meilleure puissance de feu vers l'avant et une capacité de mitraillage accrue. Il n'y avait qu'un seul jeu de commandes sur l'avion et aucun accès au poste de pilotage depuis le reste de l'avion. L'équipement radio était massif, surtout selon les normes d'aujourd'hui, et remplissait toute la verrière à l'arrière du pilote. Les radios étaient accessibles pour réparation via un "tunnel" le long du côté droit. Tous les Avengers qui volent encore aujourd'hui ont généralement un siège arrière supplémentaire à la place des radios, permettant un quatrième passager.

L'Avenger avait une grande soute à bombes, permettant une torpille Bliss-Leavitt Mark 13, une seule bombe de 2 000 livres (907 kg) ou jusqu'à quatre bombes de 500 livres (227 kg). L'avion avait une robustesse et une stabilité globales, et les pilotes disent qu'il volait comme un camion, pour le meilleur ou pour le pire. Avec ses bonnes installations radio, sa maniabilité docile et sa longue portée, le Grumman Avenger était également un avion de commandement idéal pour les commandants de groupe aérien (CAG). Avec un plafond de 30 000 pieds (10 000 m) et une portée à pleine charge de 1 000 mi (1 610 km), il était meilleur que n'importe quel bombardier-torpilleur américain précédent, et meilleur que son homologue japonais, l'obsolète Nakajima B5N "Kate". Les modèles Avenger ultérieurs portaient un équipement radar pour les rôles ASW et AEW. Bien que les ingénieurs du MIT et de l'industrie électronique aient rapidement apporté des améliorations aux nouveaux types de radars d'aviation, les radars disponibles en 1943 étaient très volumineux, car ils contenaient la technologie des tubes à vide. Pour cette raison, le radar n'était au début transporté que sur les spacieux TBF Avengers, mais pas sur les chasseurs plus petits et plus rapides.

Les marins des porte-avions d'escorte appelaient le TBF la « dinde » en raison de sa taille et de sa maniabilité par rapport aux chasseurs F4F Wildcat des groupes aériens CVE.

Équipage : 3
Longueur : 40 pi 11,5 po (12,48 m)
Envergure : 54 pi 2 po[26] (16,51 m)
Hauteur : 15 pi 5 po (4,70 m)
Superficie de l'aile : 490,02 pi (45,52 m )
Poids à vide : 10 545 lb (4 783 kg)
Poids en charge : 17 893 lb (8 115 kg)
Groupe motopropulseur : 1 moteur en étoile Wright R-2600-20, 1 900 ch (1 420 kW)

Vitesse maximale : 275 mph[27] (442 km/h)
Portée : 1 610 km
Plafond de service : 30 100 pi (9 170 m)
Taux de montée : 2 060 pi/min (10,5 m/s)
Charge alaire : 36,5 lbf/pi (178 kg/m )
Puissance/masse : 0,11 hp/lb (0,17 kW/kg)

Armes à feu :
Mitrailleuse Browning M1919 montée sur le nez de 1 à 0,30 po (7,62 mm) (sur les premiers modèles) ou 2 mitrailleuses Browning M2 à 0,50 po (12,7 mm) montées sur les ailes
Mitrailleuse M2 Browning à montage dorsal de 1 à 0,50 po (12,7 mm)
Mitrailleuse Browning M1919 à montage ventral de 7,62 mm (1 × 0,30 po)
Fusées :
jusqu'à huit roquettes d'avion à tir vers l'avant de 3,5 pouces, roquettes d'avion à tir vers l'avant de 5 pouces ou roquettes aériennes à grande vitesse
Bombes :
Jusqu'à 2 000 lb (907 kg) de bombes ou
1 torpille Mark 13 de 2 000 lb (907 kg)


Vengeur

Visiteur passé
Le TBM Avenger était un bombardier-torpilleur développé initialement pour la marine et le corps des marines des États-Unis, et finalement utilisé par plusieurs armes aériennes ou navales à travers le monde. Il est entré en service aux États-Unis en 1942 et a été utilisé pour la première fois lors de la bataille de Midway. Malgré la perte de cinq des Avengers à ses débuts, il a survécu en service pour devenir l'un des bombardiers-torpilleurs exceptionnels de la Seconde Guerre mondiale.
Bien qu'à l'origine conçu comme un bombardier-torpilleur basé sur un porte-avions, le TBM Avenger a également été utilisé comme bombardier de soutien rapproché, avion de patrouille et même entraîneur. Il était connu comme le plus gros avion monomoteur embarqué de la Seconde Guerre mondiale. L'Avenger a été le premier avion à être doté d'un nouveau mécanisme de pliage des ailes à «angle composé» créé par Grumman, destiné à maximiser l'espace de stockage sur un porte-avions.
Fortement modifiés après la guerre, les Avengers sont restés à usage civil en tant qu'applicateurs de pulvérisation et bombardiers d'eau dans toute l'Amérique du Nord jusqu'aux années 1970.

Spécifications du Grumman TBM Avenger

  • Construit:
    Construction originale en 1943, Tarrytown, NY
  • Moteur:
    Radial Wright R-2600-20
    1 900 CV
  • Équipage: 3
  • Armement:
    1 mitrailleuses montées sur nez de 7,62 mm
    2 mitrailleuses montées sur les ailes de calibre .50
    1 mitrailleuse dorsale de calibre .50
    1x pistolet mahcine ventral de 7,62 mm
    8x 5″ roquettes d'avions à tir vers l'avant
    1x torpille Mark 13 ou 2 000 lb de bombes
  • Longueur: 41′
  • Hauteur: 15𔃿″
  • Envergure: 54𔃼″
  • Poids à vide: 10 545 livres
  • Poids maximum: 17 893 livres
  • Varier: 1 000 milles
  • Plafond de service : 30 100 pieds
  • Vitesse maximale: 275 mph

Expérience />Découvrir />Souvenir

Du mardi au samedi : de 9h à 17h
Dimanche : 11h-16h
Fermé le lundi

Admission générale : 14,00 $
Aînés : 12,00 $
Anciens combattants/militaire (avec pièce d'identité) : 12,00 $
Enfants de 5 à 12 ans : 5,00 $


Grumman AF Gardien

Rédigé par : Rédacteur en chef | Dernière édition : 04/05/2017 | Contenu &copiewww.MilitaryFactory.com | Le texte suivant est exclusif à ce site.

La gamme Grumman AF Guardian est devenue le premier avion spécialement conçu pour la guerre anti-sous-marine (ASW) de la marine américaine lors de son introduction en 1950. La série constituait deux types de cellules embarquées pour assumer deux rôles liés sur le champ de bataille - l'un pour servir dans le rôle "chasseur" et l'autre pour servir dans le rôle d'attaque "tueur". Le type a géré une durée de vie opérationnelle relativement courte avec l'USN avant d'être retiré en 1955 et n'a pas été exporté. La production a totalisé 389 unités.

Les origines du Guardian résidaient dans une nouvelle conception de bombardier-torpilleur de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) lorsque l'USN cherchait un successeur pour sa flotte classique Grumman TBF Avenger. Les premiers travaux ont commencé en 1944 alors que la guerre faisait rage avec l'exigence de l'USN appelant à un gros avion bien armé utilisant les qualités habituelles des transporteurs (châssis renforcé, ailes repliables, crochet d'arrêt) et capable de transporter une charge de bombe de 3 600 livres. En tant que système basé sur un transporteur, la portée était également une qualité importante et l'USN s'attendait à une portée minimale de 3 700 milles. Le design résultant est devenu le XTB2F mais ce développement s'est avéré trop important pour les transporteurs américains de l'époque et l'initiative a été abandonnée dès 1945.

Le fournisseur d'avions USN de longue date, Grumman, a lancé une initiative privée à lui tout seul qui a produit le modèle d'entreprise "G-20". Les ingénieurs ont décidé d'un système de propulsion hybride dans lequel un moteur à pistons radiaux conventionnel était installé à l'avant et un turboréacteur à l'arrière - l'approche combinée fournissant la puissance nécessaire pour les lancements de porte-avions et le temps d'altitude. The radial engine of choice was the Pratt & Whitney "Double Wasp" series coupled with a Westinghouse 19XB turbojet engine. The fuselage arrangement was such that the crew of two would be seated under a canopy in a side-by-side format, sharing the workload of the aircraft. Its estimated war load was around 4,000lb with standard armament being 2 x 20mm cannons in the wings. An internal bomb bay could house anything from torpedoes to conventional drop bombs and depth charges. The undercarriage was of a "tail dragger" design consistent with carrier-based aircraft of the period.

Once brought to the attention of the USN, the promising G-20 was given the designation of XTB3F. However, the hybrid radial/turbojet arrangement was soon dropped as too impractical for the design scope. This produced the revised XTB3F-1S designation which covered the first flyable prototype. First flight of the series was finally attained on December 19th, 1945 though, by this time, the war was over and USN requirements began to evolve in the post-war world.

USN authorities now envisioned an all-new role for the XTB3F and this as a dedicated, carrier-based submarine hunter. However, the changes required of the aircraft - with all of the necessary technologies inherent in the sub-hunting role - could not be properly implemented to the Grumman airframe as was. This led to the decision to manufacture two models of the same make - one unarmed airframe (outfitted with sensitive equipment) to serve as the hunting platform and the other armed airframe as the strike platform. The aircraft would be fielded in unison and attack enemy submarines through a "one-two punch" approach. The search-and-track aircraft was given a revised internal arrangement to carry an additional two crewmen (for a total of four). It also sported a large, bulbous pod under its belly housing the APS-20 search radar. The engagement platform still carried the potent war load in its bomb bay but lost its strafing capabilities as the 20mm cannons were removed to save on weight and internal space.

The change in direction delayed the formal service entry of the line considerably for a first flight of a prototype was recorded until November 1948. Search aircraft were designated as XTB3F-1S while attack versions were XTB3F-2S. The -2S form went airborne for the first time in January of 1949.

Both were ultimately accepted after completing their trials. The -1S models were revised to the USN designation of AF-2W with the -2S models becoming the AF-2S. Both used the "Guardian" nickname over the courses of their respective careers. Service entry of the series was on September 27th, 1950 operating initially with squadron VS-24.

As completed, the aircraft designs were consistent with the aircraft of the period. The radial installation was held in the forward section of the aircraft and drove a large four-bladed propeller. The cockpit was just aft of the engine with a framed forward windscreen and a rearward sliding canopy. The fuselage spine was raised to accommodate the required internal fittings including mission equipment, bomb bay, and crew areas. Wing mainplanes were straight appendages with clipped tips and mid-mounted on the sides of the fuselage. The empennage was one of the more unique physical qualities of the Guardian, showcasing a traditional vertical tail fun with low-set horizontal planes but to these planes were fitted smaller vertical tail surfaces given the Guardian a tri-fin tail arrangement.

The aircraft carried a war load of up to 4,000lbs and this could be air-launched torpedoes, depth charged, and drop bombs. Working with the sub-hunter models, the attack versions could swoop in on enemy subs with lethal ordnance loads. Additional firepower support was given through 16 x 5" (127mm) HVAR (High-Velocity Aircraft Rockets), all held underwing.

153 examples of the radar-carrying, submarine-hunting AF-2W version were produced along with 193 examples of the AF-2S attack variant, both powered by P&W R-2800-48 radial engines of 2,400 horsepower. 1952 saw a third form - the AF-3S - introduced with brought about use of a retracting MAD (Magnetic Anomaly Detector) boom feature. 40 of this type further strengthened USN stocks. Final deliveries occurred in March of 1953. A proposed combination hunter-killer airframe - company model G-90 - by Grumman went nowhere.

The Guardian saw combat service during the Korean War (1950-1953) where it was used in the maritime (over-water) patrol role. The large aircraft were soon found to be clunky performers lacking the necessary power for the carrier role. This, and an abnormally high accident rate, did not endear the type to its pilots and crew and led to the series' short service life with the USN. Final forms were retired in August of 1955 with its replacement becoming the Grumman S2F "Tracker" line. Some Guardians remained in reserve until 1957 while others managed extended aerial lives as firefighting platforms into the 1970s.

For its time, the Guardian was the largest, single-engine carrier-based aircraft in operation. Its dimensions included a length of 43.3 feet, a wingspan of 60.7 feet, and a height of 16.1 feet. A preserved example is available for show at the National Naval Aviation Museum of Pensacola, Florida, USA where visitors can truly appreciate the size of this historical aircraft.


Grumman Avenger in American Service - History

The Grumman TBF Avenger (designated TBM for aircraft manufactured by General Motors) is an American torpedo bomber.

Grumman • F3F • F4F • F6F • F7F • F8F • F9F • F11F • F-14 •
Civilian liners

Gulfstream I • Gulfstream II
Bombardiers
TBF/TBM Avenger • A-6E Intruder
Electronic

E-1 • E-2 • EA-6B Prowler • E-8 • E-10 • E-11 • EF-111
Autre
Grumman AF Guardian • Grumman C-1 Trader • Grumman E-1 Tracer • Grumman S-2 Tracker • Grumman E-2 Hawkeye • Grumman C-2 Greyhound

Grumman OV-1 Mohawk • Grumman X-29

The Douglas' TBD Devastator, the U.S. Navy's main torpedo bomber introduced in 1935, was obsolete by 1939. Bids were accepted from several companies, but Grumman's TBF design was selected as the replacement for the TBD and in April 1940 two prototypes were ordered by the Navy. Designed by Leroy Grumman, the first prototype was called the XTBF-1. It was first flown on 7 August 1941. Although one of the first two prototypes crashed near Brentwood, New York, rapid production continued.

Grumman's first torpedo bomber was the heaviest single-engined aircraft of World War II, and only the USAAF's P-47 Thunderbolt came close to equalling it in maximum loaded weight among all single-engined fighters, being only some 400 lb (181 kg) lighter than the TBF, by the end of World War II. To ease carrier storage concerns, simultaneously with the F4F-4 model of its Wildcat carrier fighter, Grumman designed the Avenger to also use the new Sto-Wing patented "compound angle" wing-folding mechanism, intended to maximize storage space on an aircraft carrier the Wildcat's replacement the F6F Hellcat also employed this mechanism. The engine used was the powerful, twin-row Wright R-2600-20 Twin Cyclone fourteen-cylinder radial engine, which produced 1,900 hp/1,417 kW. The aircraft took 25 gallons of oil and used one gallon per minute at start-up

"Votre voyage passionnant dans le monde numérique de l'aviation commence "

You are definitely intrigued to discover TBM Avenger .

The Grumman TBF Avenger (designated TBM for aircraft manufactured by General Motors) is an American torpedo bomber developed initially for the United States Navy and Marine Corps, and eventually used by several air and naval aviation services around the world.

The Avenger entered U.S. service in 1942, and first saw action during the Battle of Midway. Despite the loss of five of the six Avengers on its combat debut, it survived in service to become one of the outstanding torpedo bombers of World War II. Greatly modified after the war, it remained in use until the 1960s

Grumman
Grumman TBM Avenger

The first major "prize" for the TBFs (which had been assigned the name "Avenger" in October 1941,
before the Japanese attack on Pearl Harbor) was at the Naval Battle of Guadalcanal in November 1942, when Marine Corps and Navy Avengers helped sink the Japanese battleship Hiei, which had already been crippled the night before.

National origin United States

First flight 7 August 1941

Retired 1960s
Number built 9,839

Length: 40 ft 11.5 in (12.48 m)

Wingspan: 54 ft 2 in[34] (16.51 m)

Wing area: 490.02 ft² (45.52 m²)

Empty weight: 10,545 lb (4,783 kg)

Loaded weight: 17,893 lb (8,115 kg)

Powerplant: 1 × Wright R-2600-20 Twin Cyclone radial engine, 1,900 hp (1,420 kW

Maximum speed: 275 mph[35] (442 km/h)

Service ceiling: 30,100 ft (9,170 m)
Guns:

1 × 0.30 in (7.62 mm) nose-mounted M1919 Browning machine gun (on early models)

up to eight 3.5-Inch Forward Firing Aircraft Rockets, 5-Inch Forward Firing Aircraft Rockets

Up to 2,000 lb (907 kg) of bombs or 1 × 2,000 lb (907 kg) Mark 13 torpedo

The Bombardier Challenger 600 series is a family of business jets. It was first produced by Canadair as an independent company and then produced from 1986 by Canadair as a division of Bombardier Aerospace.


Grumman Avenger down in Cocoa Beach, Florida

Nicely done in the circumstances. Hope they can fish it out before any further damage is done.

Previous poster might explain the brief rise in the glide angle to avoid a swimmer. Then the final impact a little more of a mush.

Local TV has several videos, including one by a TV dude from the station. This is first airshow for the Thunderbirds 2021, and the Space Coast is BZ this week with another Crew Dragon going to the ISS on Thursday.

I was surprised the TV dude did not show the crew getting out and the beach folks helping as they normally do here in Florida when a swimmer is in distress.





Pictures by Amber Ditmer posted on Facebook.

Think the climb might have been last lot of flaps down,and just avoiding the swimmer.
However,it was a good ditching,but..
Open the canopies before touchdown..
Wear a lifejacket operating over the sea.
Wear a `hard-hat`,as the canopy rail runs right across the top.
and if you don`t and it had turned over. would`ve been possibly a different outcome. but ,hey ..ya gotta look good climbing out. shame he`s not wearing Randolphs.

Oh ,yes ,I do have TBM display time,and over the `oggin. and Randolphs.

td, Stratoliner report here.



That is poor. I d be demanding the whole aircraft be redone if I didn t have larger issues to deal with. I ve had to deal with salt water immersion before and that is going to take time and deep pockets to sort.

I believe the restoration team took 18 years to restore it and it only flew again a few months ago. I feel for them, particularly the volunteers. They must be crying in their beers.

FWIW My immediate reaction on seeing the video was horror at the risks of hitting someone in the water. The length of the ditching run may be short, but the chances of not seeing and landing on a swimmer were high. I suspect many non-aviation people will think the same once they ve finished marvelling at the video, which is widely distributed, getting as far as The Sun. Of course, the pilot may have had little choice or time for anything else - he had passed down the beach at low level earlier at the same event and the prop seems to be slowing - but it is an interesting counterpoint to the the hero pilot bravely stayed at the controls to steer the crashing aircraft away from houses that we often hear.


Grumman TBF Avenger

Grumman’s TBF Avenger began replacing the earlier Douglas TBD in United States Navy torpedo squadrons in mid-1942 and continued in service until war’s end. A 1,700 horsepower Wright R- 2600 Double Cyclone 14-cylinder radial engine powered the TBF, giving it a top speed of 271 miles per hour at 12,000 feet, a cruising speed of 145 miles per hour, and a range of 1,215 miles. It could carry a single torpedo or up to 1,600 pounds of bombs in its enclosed bomb bay. Unlike contemporary United States Navy dive bombers, very large numbers of Avengers were transferred under Lend-Lease to the Royal Navy, in which they came to equip a majority of that service’s strike squadrons.

The TBF Avenger, which we tend to think of as a torpedo bomber, which it was, was used mostly as a Naval bomber by the British. That is, they mostly used it to drop bombs through the bomb bay. It could carry four 500 lbs bombs rather than a torpedo, when used that way.

Called by one test pilot, “The grand-daddy of all Wildcats,” the Avenger was designed as a replacement for the TBD Devastator in the spring of 1940. Its development was well timed. It began rolling off the assembly line on January 3rd, 1942, less than one month after Japan’s attack on Pearl Harbor. The Navy urgently needed a carrier based bomber, and the Avenger served this role well throughout the war. It could carry bombs or torpedoes over tremendous distances.

Its combat debut was less than promising. During the battle of Midway, on June 4th, 5 out of 6 Avengers were shot down, and none of them hit their targets. As the war progressed, however, the Avenger proved a vital anti shipping weapon and tactical bomber. Although Japan’s air forces suffered a steep decline, beginning with Midway, Avenger missions never became easy. To launch a torpedo, the TBF had to fly extremely low and slow to within a short distance from a target typically spewing lethal anti-aircraft fire. Even on bombing missions, the Avenger was never a swift strike airplane, and was a fat target for ground fire. Future American President, George Bush, had the Avenger he was piloting shot down by ground fire.

The Avenger has two basic designations: the TBF, manufactured by Grumman, and the TBM, manufactured by General Motors. All late war Avengers carried the TBM designation regardless of manufacturer.


Return of the Avenger


The TBM-3E tanker undergoes a warplane makeover courtesy of volunteers from the Commemorative Air Force's National Capitol Squadron. (Courtesy David Cohen)

Largely unnoticed among restorations of more glamorous fighters, the waddling, two-story-high Grumman Avenger torpedo bomber has become a favorite warbird survivor. Pourquoi? Because hundreds of Avengers lived on as firebombers, thanks to a cavernous torpedo/bomb bay that could easily be filled with a borate tank, and some of them continued flying well into this century. Supplies of spares are ample, since major civilian operators stockpiled every TBF/TBM part they could find. (TBF means Avengers made by Grumman, and TBMs are their General Motors–built brethren.) Despite their bulk, the big Grummans are nonetheless restorable and manageable single-engine airplanes, and they represent as meaningful a combat history as does any Spitfire or Mustang.

One such ex-tanker is the TBM-3E that has been brought back to life by the National Capitol Squadron of the Commemorative Air Force. It had been owned by Forest Protection Services, a Canadian company that at one time operated 43 Avengers, the largest such fleet in the world. This particular airplane flew until 1996, then was kept on active standby, albeit largely outdoors, until it was acquired by the CAF in 1999. Its turret was long gone and the bomb-bay doors were trashed during conversion for borate bombing, but the airplane was otherwise complete.

This project’s particular glory is that the job was done entirely by unpaid volunteers—enthusiastic and remarkably skilled amateurs, most of them elderly vets—in a Pennsylvania farm shed barely big enough to hold workspace and the wingless fuselage. Newly made bay doors cost $16,000, and a working turret was built up from three derelict units by the airplane’s initial CAF owner, the now disbanded Stars and Stripes Wing.

An ex-Avenger radioman, 86-year-old Jack Kosko, was in charge of the team, and a good thing too he had already restored another flying TBM, which he donated to the Mid-Atlantic Air Museum in Reading, Pa. Other than a few avionics and instruments required for modern flight status, his newest project has been returned to its service condition. Built in 1945, the airplane was a Marine trainer and then a Canadian navy subchaser, and it never saw combat. Many authentic parts were bought and scrounged from Avenger fans throughout the country, and others were fabricated in Kosko’s workshop. The good-as-new Avenger was scheduled to make its first flight earlier this year.


Grumman Avenger down in Cocoa Beach, Florida

Makes sense, thanks. I wondered about an air bottle or some such.

Think the climb might have been last lot of flaps down,and just avoiding the swimmer.
However,it was a good ditching,but..
Open the canopies before touchdown..
Wear a lifejacket operating over the sea.
Wear a `hard-hat`,as the canopy rail runs right across the top.
and if you don`t and it had turned over. would`ve been possibly a different outcome. but ,hey ..ya gotta look good climbing out. shame he`s not wearing Randolphs.

Oh ,yes ,I do have TBM display time,and over the `oggin. and Randolphs.

Valiant Air Command, Inc. gives an update on the N108Q Avenger accident that occurred on April 17th in Cocoa Beach, FL:

"After much effort, we have managed to fold both of the wings, place her on the trailer, and strap her down, ready for travel. This was accomplished despite mother nature throwing some curve balls with the weather. We are now waiting for the necessary permits to move her home.

Thank you to the volunteers who assisted with this, along with the security forces and fire services at the Patrick Space Force Base.


Contenu

ATA program [ edit | edit source ]

The United States Navy began the Advanced Tactical Aircraft (ATA) program in 1983. The program was to develop and field a replacement for the A-6 Intruder by 1994. Stealth technology developed for the United States Air Force would be used heavily in the program. Β] Concept design contracts were awarded to the industry teams of McDonnell Douglas/General Dynamics, and Northrop/Grumman/Vought in November 1984. The teams were awarded contracts for further concept development in 1986. Γ]

The McDonnell Douglas/General Dynamics team was selected as the winner on 13 January 1988, the rival team led by Grumman surprisingly failed to submit a final bid. Δ] The McDonnell Douglas/General Dynamics team was awarded a development contract and the ATA aircraft was designated A-12. The first flight was initially planned for December 1990. Γ] The A-12 was named Avenger II in homage to the World War II-era Navy torpedo-bomber Grumman TBF Avenger. Ε]

The Navy initially sought to buy 620 A-12s and Marines wanted 238. In addition, the Air Force briefly considered ordering some 400 of an A-12 derivative. Γ] Ζ] The A-12 was promoted as a possible replacement for the Air Force's General Dynamics F-111 Aardvark, and for the United Kingdom's Panavia Tornado fighter-bombers. Δ] The craft was a flying wing design in the shape of an isosceles triangle, with the cockpit situated near the apex of the triangle. Η] The A-12 gained the nickname "Flying Dorito". Η]

An artist's impression of the A-12 Avenger II in flight

The aircraft was to be powered by two General Electric F412-D5F2 turbofan engines, each producing about 13,000 pounds-force (58 kN) of thrust. It was designed to carry precision guided weapons internally, Γ] up to two AIM-120 AMRAAM air-to-air missiles, two AGM-88 HARM air-to-ground missiles and a complement of air-to-ground ordnance, including unguided or precision-guided bombs, could be carried in an internal weapons bay. It has been claimed that the A-12 was to be capable of delivering nuclear weapons held in its internal weapons bay as well. ⎖] The A-12 was to have a weapons load of 5,160 pounds (2,300 kg). ⎗]

Beginning in early 1990 McDonnell Douglas and General Dynamics revealed delays and projected cost increases. The weight of the aircraft had significantly increased due to complications with the composite materials used, the weight being 30% over design specification, this was a significantly negative factor for carrier-based operations. Ζ] Technical difficulties with the complexity of the radar system to be used also caused costs to increase by one estimate the A-12 was to consume up to 70% of the Navy's budget for aircraft. Ζ] After delays, its critical design review was successfully completed in October 1990 the A-12's maiden flight was rescheduled to early 1992. ⎘] In December 1990, it was planned for 14 Navy aircraft carriers to equipped with a wing of 20 A-12s each. ⎙]

A government report released in November 1990 documented serious problems with the A-12 development program. In December 1990 Secretary of Defense Dick Cheney told the Navy to justify the program and deliver reasons why it should not be canceled. The response given by the Navy and the contractors failed to persuade the Secretary of Defense, as he canceled the program in the following month, on 7 January 1991, for breach of contract. Γ] ⎚]

"The A-12 I did terminate. It was not an easy decision to make because it's an important requirement that we're trying to fulfill. But no one could tell me how much the program was going to cost, even just through the full scale development phase, or when it would be available. And data that had been presented at one point a few months ago turned out to be invalid and inaccurate."

The government felt the contractors could not complete the program and instructed them to repay most of the $2 billion that had been spent on A-12 development. McDonnell Douglas and General Dynamics disputed this in Federal Claims court ⎜] the reasons and causes for the cancellation have been debated and remain an issue of controversy, with suggestions of political expediency and scheming to be behind the action. ⎝]

Aftermath [ edit | edit source ]

After the cancellation of the A-12, the Navy elected to purchase the F/A-18E/F Super Hornet, which went on to replace the A-6 Intruder and the F-14 Tomcat. The Super Hornet uses the General Electric F414 turbofan engine, which is a modified variant of the upgraded F404 version developed for the A-12. ⎞] The full-size A-12 mockup was revealed to the public at the former Carswell Air Force Base in June 1996. ⎟] The cancellation of the A-12 is seen as one of the major losses in the 1990s that weakened McDonnell Douglas and led to its merger with rival Boeing in 1997. ⎠] After years of being in storage at the Lockheed Martin Aeronautics (formerly General Dynamics) facility in Fort Worth, Texas, the mock-up was transported to Veterans Memorial Air Park adjacent to Meacham Airport in north Fort Worth on June 28, 2013. ⎡]

The manner in which the program was canceled led to years of litigation between the contractors and the Department of Defense over breach of contract. On 1 June 2009, the U.S. Court of Appeals for the Federal Circuit ruled that the U.S. Navy was justified in canceling the contract. The ruling also required the two contractors to repay the U.S. government more than US$1.35 billion, plus interest charges of US$1.45 billion. Boeing, which had merged with McDonnell Douglas, vowed to appeal the ruling, as has General Dynamics. ⎢] In September 2010, the U.S. Supreme Court said it would hear the two companies' arguments, that the government canceled the project improperly and that the use of a state secrets claim by the U.S. prevented them from mounting an effective defense. ⎣] In May 2011, the Supreme Court set aside the Appeals Court decision and returned the case to federal circuit court. ⎤] ⎥]

The Lockheed Martin F-35 Lightning II, an in-development carrier-capable fighter featuring stealth technology and oriented toward ground-attack operations, is in effect a successor to the A-12 in both role and industrial origins. ⎦] Comparisons have been drawn between the role of the future Next-Generation Bomber and the A-12 the two aircraft both being stealthy sub-sonic bombers designed to carry comparable bomb loads and fly similar ranges. ⎧]